Dépêches

 RéfugiéS, sans-papiers

De l’immigration à la clandestinité

Après la seconde grande guerre européenne, les pays industrialisés firent appel d’abord aux pays limitrophes pour suppléer au manque de main d’œuvre pour leurs industries lourdes, la construction  et les charbonnages. La Belgique se tourna vers l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce qui furent sollicités dans un premier temps. Par la suite une nouvelle série d’accords d’échange de main d’œuvre allait ouvrir le recrutement vers le Maroc et  la Turquie. Mais l’immense majorité de cette migration s’est déroulée en dehors de tout cadre officiel grâce aux facilités d’accès au territoire.

La fin officielle de l’immigration rendra l’accès au territoire plus difficile, le titre de séjour  un nécessité sous peine de précariser tout  projet de vie. En France, la décision de suspension de l’immigration en 1974 était quasi en concomitance avec celle similaire prise par le gouvernement belge .

grève-faim-1974
Grève-faim-1974

Aujourd’hui , les causes invoquées  pour stopper le flux migratoire sont remises en question par les chercheurs et analystes, et relèguent au rang de mythe économique le « choc pétrolier » ( l’essoufflement économique était déjà perceptible dès les années soixante) et interrogent davantage les changements politiques et l’émergence de nouvelles opinions publiques. Quelle que soit l’analyse proposée, l’année 1974 restera un marqueur de l’histoire des migrations en Europe de l’Ouest.

La décision de proclamer l’arrêt de l’immigration pris au dépourvu  une part non négligeable de ces travailleurs qui n’avaient pas encore introduits la demande d’une carte de séjour. Les seules voies de la régularisation restaient un contrat de travail pour des emplois en pénurie, le regroupement familial et l’obtention du statut de réfugié. Le renforcement du contrôle et la chasse aux personnes en séjour irrégulier en seront les conséquences .

S’en suivront les premières manifestations pour la demande de régularisation du séjour et des premières grèves de la faim. En 74 comme aujourd’hui, les églises étaient en première ligne, notamment l’église Saint-Nicolas à la rue de Brabant à Schaerbeek. Suite à ces mouvements de revendications, près de 7000 personnes seront régularisées.

A partir des années 2000, l’Europe amorce une nouvelle politique migratoire en concluant des « partenariats » avec les pays de la rive sud de la Méditerranée. Outre l’obligation qu’ils auront pour la réadmission de leurs ressortissants et des migrants qui auront transité par leur territoire, l’Europe, via son nouvel instrument Frontex 1  offrira également une aide matérielle et d’encadrement pour le contrôle de leurs frontières terrestres et maritimes. . Les exactions se multiplieront, le Maroc opère des rafles et déportation des migrants subsahariens vers le désert ou vers la frontière algérienne. Les manifestations sont violemment réprimées. Cette phase dite d’externalisation de la politique migratoire européenne verra également  la naissance d’une société civile africaine pour la défense des droits des migrants. La condamnation des maltraitances infligées aux migrants par des régimes policier et peu démocratiques  est unanime.

C’est ainsi que naîtra à Bruxelles en 2005 le collectif Belyounech, du nom d’une petite ville du nord du Maroc à 8 km à l’est de l’enclave espagnole de Ceuta où dans les bois environnants, un grand nombre de migrants subsahariens avait dressé des campements de fortune dans l’attente d’une opportunité pour rejoindre l’Europe. La police marocaine y faisait régulièrement des incursions pour détruire les abris de fortune et se livrer à des exactions avec brutalité. Une situation comparable à bien des égards à celle qui existait déjà dans la ville de Calais que les médias avaient très vite qualifié de «jungle de Calais».

Meeting grève de la faim 974
Meeting grève de la faim 1974

Le Collectif regroupera des militants de toute origine sensibles à la question des migrations ainsi que des association de défense des droits de l’homme et des migrants des deux rives de la Méditerranée. Un an plus tard il se renforcera en se constituant en ASBL et prendra le nom de SOS Migrants2

A la création en 2006 de la composante maghrébine du Forum Social Mondial, les porteurs du projets de ce qui deviendra le Forum Social Maghreb inscriront également en haut de leurs préoccupations, la question migratoire. La coordination de ces associations implantées aussi bien au Maghreb que dans les pays d’immigration ouvre une nouvelle dynamique à la mesures des enjeux de ces nouvelles migrations et renforce l’élan de solidarité.

Le Maghreb, d’abord lieu de transit et de passage vers l’Europe connaît avec le temps,  l’installation durable sur son sol d’une population subsaharienne et l’adaptation d’une législation pour tenir compte de cette nouvelle réalité, marquant ainsi une nouvelle phase dans les mouvements migratoires en Afrique du Nord.

Mustapha Bentaleb
Mustapha Bentaleb
1 L’agence européenne Frontex sera créée en 2004 , après la crise migratoire de 2010 dont le point culminant sera en 2015 avec l’arrivée d’un million de personnes dans l’espace Schengen, elle deviendra l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes et verra ses missions élargies et son budget relevé.
2Je tiens ici à rendre hommage à Serge Noël initiateur de cette initiative. Militant infatigable, engagé dans l’associatif et aussi écrivain, il était très impliqué dans les mouvements de soutien aux sans-papiers. Il nous a quitté le 27 Octobre 2020.

Pour plus d’informations:
Amnesty.org, migreurope.org,  cire.be, Sanspapiers.be, micmag.be, Mrax.be