Dépêches
Accueil » Sarie Abdeslam » Pour un islam en LED
Départ d'Abraham-József-Molnár Galerie nationale hongroise-1850
Départ dA'braham-József-Molnár Galerie nationale hongroise-1850

Pour un islam en LED

Historique

L’Islam belge a traversé depuis 1974 trois phases.

grande mosquée bruxelles
Grande mosquée de Bruxelles

Depuis sa reconnaissance officielle en Belgique, l’Islam a été géré par la Grande mosquée de Bruxelles. À son tour la Grande Mosquée de Bruxelles a été depuis lors gérée par les Saoudiens, via leur organisation internationale la Rabita.

Une période de flou a succédé après que le gouvernement belge a retiré solennellement l’agrément à la Grande mosquée. Les autorités belges n’ont pris aucune précaution et sans préparer un organe où une structure pour remplacer ne fût-ce que provisoirement la Grande mosquée. Ainsi un vide juridique a été créé et imposé par les autorités belges dans une réaction purement politique, spontanée, irréfléchie, dans l’amateurisme le plus total. Une période de vide, de tâtonnement, de recherche, de lobby, de manipulation, aussi des puissances étrangères et interventionnisme outrancier à l’intérieur de la Belgique.

Un conseil des sages a été créé sans tenir compte de ses conseils, plusieurs élections ont eu lieu, et enfin un exécutif a été imposé d’en haut.

EMB
EMB

Les Moslims belges n’ont qu’à se tenir tranquilles et accepter l’exécutif tel quel, sécurité oblige. Depuis le coup de force à la limite de l’illégalité et du non respect de la constitution, une instance fantoche, a été créée sur mesure pour s’occuper du culte musulman en Belgique.

Au lieu d’un Islam belge des lumières nous avons reçu un islam en LED, (lampe LED – Jusqu’à 80% en lumière artificielle).

Pou faire partie de l’exécutif une course folle a été entamée par tous les arrivistes, poussés par l’intérêt personnel ou poussés par des lobbys de tous bords, même de l’étranger.

Sans garde fou, sans les précautions d’usage, sans préparation, sans respect aux traditions du sunnisme et des sunnites, dans la hâte et la précipitation, le non-professionnalisme et l’aventurisme, on voulait à tout prix, coûte que coûte créer un organe sur mesure en tant qu’interlocuteur aux autorités belges et surtout pour remplacer la Grande mosquée.

online-course-training-teacher-computer-internet
online-course-training

Ni l’intérêt de l’Islam, ni l’intérêt des moslims belges, ni l’intérêt des moslims de Belgique n’ont été ni discutés ni débattu. Aucun document de base n’a été présenté pour expliquer le projet en cours. Les gens devaient voter sur une liste constituée par je ne sais quel lobby. Sans participation de la vie associative, sans la participation des mosquées, sans la participation des organisations démocratiques, syndicales et des droits de l’homme.

Bon gré mal gré, les élections ont eu lieu, un exécutif a été créé contre vents et marées. Les autorités belges et le ministre de tutelle ont été satisfaits du résultat. Dieu merci.

Depuis lors nous sommes encore dans cette troisième phase, le flou continue, l’amateurisme se poursuit, l’amalgame entre le culte et la foi s’accroît, le fossé entre l’exécutif et les moslims s’approfondit, les erreurs du passé ont été oubliées, ceux qui sont aux commandes se prennent comme des chefs, des parrains ou des représentants de l’Islam et des musulmans. Il y a un très grand amalgame, une énorme confusion entre gérer le culte et gérer l’islam.

Le roi et Salmane

Selon la loi l’exécutif ne doit s’occuper que du temporel et du culte, à aucun moment de la foi et de la religion. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. L’exécutif est dans l’illégalité la plus totale en voulant et prétendant gérer la Grande mosquée à la place de la Rabita. Ce n’est pas son rôle, ce n’est pas sa responsabilité et ce n’est pas sa compétence.

Je vous propose avant d’aller plus loin, comme littérature une panoplie d’articles (voie rectangle en bas) concernant la thématique de la reconnaissance du culte islamique et des élucubrations de l’exécutif. Je vous retrouverai après que vous ayez lu ces différents articles, bonne lecture.

En conclusion j’avoue avec amertume et je reconnais qu’en Belgique il y a cruellement un manque, une insuffisance ou plutôt une défaillance grossière d’une ou de plusieurs structures probes, irréprochables, incorruptibles et intègres afin de représenter dignement les musulmans belges ainsi que les citoyens d’origine étrangères issues de pays musulmans.

Je souligne également que nous avons raté beaucoup d’occasions dernièrement pour participer aux différents débats en cours. Nouveau gouvernements, la problématique du Covid-19, le climat, les réfugiés politiques, l’Europe Unie, le Brexit, le populisme, les élections aux USA, Israël et les pays arabes, relations Nord Sud… Nous avons brillé par notre absence, c’est dommage. Nous aurions pu apporter notre contribution aux différents sujets qui nous interpellent aussi. Encore une fois c’est dommage de laisser les autres parler et décider à notre place. Combien de temps allons-nous attendre pour se rendre compte qu’il est presque trop tard. C’est maintenant, demain ou après demain ou jamais.

coquille-vide
coquille-vide

Depuis que l’exécutif nous a été imposé d’en haut il est toujours et encore une coquille vide, fissurée avec du sparadrap qui tient encore debout, ne représente que lui même. L’EMB, l’exécutif des musulmans de Belgique est totalement isolé, solitaire, qui vit dans une bulle de verre comme les fameux « Moulouk Tawaïf » pendant la Reconquista en Andalousie musulmane. On ne peut pas rénover une maison bidonville, construite sans fondation avec un toit en toile ondulée fabriquée en Inde avec de l’amiante. La seule et unique solution, tabula rasa. L’EMB a été pensé, réfléchi, réalisé et imposé par un lobby occulte afin de confectionner une structure sur mesure, maniable à merci, sous la tutelle du ministère de la justice avec une suspicion sous-jacente, sécurité oblige, qui a installé depuis lors une méfiance réciproque entre la communauté musulmane et les différents gouvernements successifs depuis la création de ce fameux exécutif en 1998.

Surtout il ne faut pas dramatiser et encore moins se désespérer. Depuis longtemps notre communauté a réussi à créer une multitude d’organisations et d’associations qui sont actives dans pratiquement tous les domaines de la société belge. J’ai beaucoup d’espoir dans nos jeunes générations mais je regrette que nous n’ayons pas eu le courage, la rage ou le rêve de léguer comme héritage une structure ou une fédération au niveau national qui englobe toutes les compétences pour continuer la lutte pour plus de justice, de démocratie, de liberté et d’égalité entre genres et pour un

Sarie Abdeslam

monde meilleur et un vivre ensemble harmonieux dans le respect mutuel de toutes les croyances.

Sarie Abdeslam

 


Le Tawaif belge

Sans contrepoids politique, la question de l’exécutif se réduira à une énigme, d’un côté sécuritaire et de l’autre humanitaire. L’exécutif est depuis sa création seul juge et bourreau. Les gestionnaires de l’exécutif décident solennellement sans rendre compte à quiconque que ce soit. Dans le cadre de la reconnaissance du culte islamique en Belgique on a occulté indifféremment et formellement de créer une structure de contrepoids politique pour contrôler l’exécutif, représenter et défendre les intérêts de la communauté islamique de Belgique. Ce vide juridique permet à l’exécutif de dépasser outrageusement ses compétences sans aucun contrôle, vérification, expertise, appréciation ou évaluation. L’exécutif se gère en autocratie, dans l’absolutisme le plus total, dans un autoritarisme vraiment sectaire, avec une hégémonie exaltée sans partage et à sens unique. L’exécutif est un petit royaume Tawaif. Depuis sa création l’EMB traîne des casseroles et, il ne rend compte qu’au ministre de tutelle, le ministre de justice en fonction.

https://en.wikipedia.org/wiki/Tawaif

Depuis les années soixante beaucoup d’événements ont eu lieu. Sans le savoir, sans le vouloir j’ai changé, nous avons changé, la société belge a changé et s’est adapté à la mondialisation. Actuellement le Covid-19 enfonce encore le clou. On constate avec amertume un individualisme égocentrique et narcissique, une standardisation croissante de la société avec un populisme bousculant toutes les traditions démocratiques, les lois et les législations.

De nouveau un changement est en pleine métamorphose transformant radicalement la société, certainement avec un virage vers une droite pure et dure qui ressemble étrangement à celles des années trente. En France sous le label ‘séparatisme’ et ‘ensauvagement’ en est en train de créer des lois qui stigmatisent une seule catégorie de la population, la minorité musulmane. Si ça continue on n’est pas loin que les Musulmans devraient porter sur leurs habits ou des brassards avec le croissant rouge pour identifier de loin les séparatistes musulmans comme fût le cas pour les Juifs pendant le régime nazi.

Séparatisme: Al-Azhar qualifie de « racistes » les propos de Macron

https://bit.ly/3jq0vkt

https://bit.ly/30xiIoZ

Sarie Abdeslam

A ce propos abdeslam