Dépêches
Accueil » 2008 » L’identité culturelle marocaine en Europe, challenge ou défi ?

L’identité culturelle marocaine en Europe, challenge ou défi ?

Si les autorités marocaines désirent garder une bonne relation avec sa communauté d’origine marocaine vivant en Europe, alors ils doivent s’abstenir et ne rien entreprendre ni surtout rien promettre. Cela fait plus de quarante ans que le Maroc n’a pratiquement rien fait pour cette communauté totalement oubliée depuis lors, sauf du point de vue économique. Partout en Europe, on ne voit que les banques qui se sont installés pour faciliter l’entrée des devises dont le Maroc en a grandement besoin.

Le Maroc officiel ne s’est jamais intéressé ni du cultuel ni du culturel et encore moins de l’éducatif, de l’artistique et du scolaire. A côté des banques, le Maroc a créé, développé et organisé les Amicales, devenue entre temps complètement obsolète, Cette organisation devait avoir un œil sur les Marocains et dénoncer ceux qui militent dans les syndicats et les partis politiques ou ceux qui voulaient conscientiser l’opinion publique sur la situation dramatique du peuple marocain.

Voici en tout et pour tout ce que le Maroc nous a fourni comme initiatives d’accompagnement, un appareil répressif pour faire peur aux ouvriers marocains et un autre pour aspirer les devises.

Depuis l’avènement Mohamed VI le Maroc a évolué et a changé positivement du point de vue politique comme du point de vue économique. Malheureusement le Maroc makhzen n’a pas pour autant oublié ses traditions et ses habitudes. Surtout en ce qui nous concerne, moyennant le Tam Tam annuel avec un semblant d’hospitalité, pour nous cajoler et séduire les naïfs et les crédules afin de les domestiquer, de les asservir et de les apprivoiser.

Aujourd’hui, des illuminés veulent exporter le patrimoine culturel et cultuel national vers la communauté marocaine émigrante en Europe et ailleurs. En tout cas, plusieurs institutions créées depuis lors, prétendent nous représenter en revendiquant l’exclusivité de la défense de nos intérêts à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

Certes, le Maroc a modernisé ses moyens de propagande mais n’a visiblement pas encore compris que, utiliser la sous-traitance et les intermédiaires au lieu d’un contact direct avec la communauté n’aura aucun effet positif et n’améliorera pas la relation difficile et conflictuelle qui s’est installée après plusieurs échecs et après plusieurs promesses non tenues et non respectées par les autorités marocaines.

J’ose penser qu’aucun citoyen d’origine marocaine n’est contre le cultuel, le culturel et le civilisationnel. Il ne s’agit pas ici non plus de la conception d’un modèle, de son mode véhiculaire, ni d’un calendrier avec planning, ni des normes et valeurs à dispenser, ni du processus de transmission culturelle et cultuelle. Il s’agit plutôt de la démarche à sens unique sans tenir compte de la spécificité de la communauté d’origine marocaine.

Cependant, si nous avons gardé la nationalité marocaine, culturellement nous ne sommes plus des Marocains comme le Maroc souhaite que nous soyons. Une chose est certaine, dans tous les pays européens, nous sommes et nous restons une minorité. Une minorité active et créative, qui a su s’intégrer harmonieusement dans les différentes sociétés européennes. Nous avons donné tout ce que nous avons pu donner et nous avons intériorisé pas mal de choses des citoyens locaux mais également d’autres cultures, origines et ethnies avec qui nous cohabitons. Ici en Belgique nous avons développé une culture belgo-marocaine, et bientôt elle sera plus belgo que marocaine.

Même au Maroc il n’y a pas de culture vraiment marocaine. En réalité il y a une mosaïque culturelle, composée de plusieurs ethnies plusieurs langues et plusieurs coutumes et us. Chaque région marocaine a sa spécificité culturelle dans la chanson comme dans le culinaire pour ne citer que ces deux exemples.

Même si nous nous sentons encore marocains, et même si nous voulons donner priorité à l’intérêt national, il sera très difficile sinon utopique de trouver le juste milieu pour satisfaire et le Maroc, et les citoyens d’origine marocaine et les pays d’hôte où nous vivons afin de trouver un équilibre identitaire juste et équitable.

Le retour au bercail

Le Maroc ne s’est pas arrête à mi-chemin. A côté de ces deux initiatives que sont les banques et les amicales les responsables nationaux n’ont pas manqué d’imagination et de créativité. Pour vraiment compléter la liste il faut joindre trois autres initiatives qui clôturent provisoirement la liste non exhaustive. Ainsi, le Maroc démontre une détermination et une volonté évidente de garder cette communauté dans le giron de la patrie. Même les Marocains décédés peuvent être rapatriés et enterrés au cimetière de leur choix au Maroc. En effet, le Maroc a diversifié et adapté l’offre des produits qui sont offert spécialement à la première génération. Quant aux jeunes, ils doivent encore patienter, comme nous avons patienté depuis 1964, avant que le Maroc ne s’intéresse à eux. Si mes comptes sont bons ce sera vers 2044.

Les promoteurs immobiliers

Revenons à notre ère. Nous avons vu ces derniers temps plusieurs activités et remue-ménage dans plusieurs pays européens au sujet de l’immobilier. Salon marocain de l’immobilier en France au Royaume Uni et en Belgique par exemple. Alors en collaboration avec les banques marocaines, une horde de promoteurs immobiliers sillonnent l’Europe régulièrement pour convaincre les citoyens d’origine marocaine d’investir dans le logement et plus particulièrement dans l’achat d’appartements. Le message est simple, notre « marocanité » ne doit pas se limiter de garder la nationalité marocaine avec la naturalisation, de manger du couscous, de boire du thé à la menthe et de visiter la mère patrie une fois par an, mais de posséder une maison ou un appartement pour compléter notre identité culturelle nationale et pour développer le sentiment d’être de vrais compatriotes. Des compatriotes qui servent leur pays et participent activement dans son développement économique. Les banques marocaines seront à votre disposition pour vous faciliter sur place les prêts hypothécaires.

Les prédicateurs

Le ministre des affaires islamiques du Maroc va envoyer cette année 170 prédicateurs et réciteurs du coran pendant le mois de ramadan qui coïncide avec le mois de septembre 2008. Ces prédicateurs auront la mission de nous éduquer. Ils feront des lectures au sujet de la charia, essaieront de mettre en exergue les valeurs d’amour, de tolérance, de l’ouverture de l’islam, afin de nous prémunir contre les discours extrémistes, de nous mettre à l’abri de tout fanatisme, de nous rattacher aux racines marocaines et à son rite malékite et d’enraciner les valeurs de la citoyenneté, indique un communiqué publié par le Ministère des Habous (ministère des cultes) et des Affaires Islamiques. Selon le Ministre Mr Ahmed Taoufik « cette initiative fait partie d’un projet de préservation de la conscience nationale en matière de foi et de religion. »

100 prédicateurs iront en France, 31 en Belgique, 10 en italien et en Allemagne et 7 en Espagne et en hollande. Le reste se répartira entre le Danemark, la suède, le Norvège, la Finlande, le suisse et la grande-bretagne. Un prédicateur se rendra aussi au Canada. Seul bémol dans l’opération, la hollande vient de refuser l’accès de ces prédicateurs à son sol.

Les pompes funèbres

Chers concitoyens, vous devez savoir que, les pompes funèbres musulmanes sont à notre disposition 7 jours sur 7, 24/24H afin de nous écouter, nous conseiller et prendre en charge tout les moyens nécessaires à l’inhumation locale ou au rapatriement. Les pompes funèbres effectuent toutes les démarches administratives liées à l’inhumation (Hôpital, funérarium, consulat, mairie, commune, préfecture, DDASS, douane, cimetière), déclaration de décès, permis d’inhumer etc.

La souscription se fait principalement auprès des banques marocaines installées en Europe. Toute personne titulaire d’un compte bancaire âgé de moins de 70 ans peut demander une souscription ainsi que pour le conjoint nommément désigné, ses enfants mineurs et les ascendants déclarés au bulletin de souscription et vivant dans le même toit.

Organisation et prise en charge du rapatriement du corps de l’assuré du lieu de décès dans le monde entier jusqu’au lieu d’inhumation au Maroc. En cas de décès de l’assuré a un forfait obsèques d’un montant de plus au moins 1550 euros, du remboursement ou mise à la disposition de deux billets d’avion aller-retour pour les proches parents pour leur permettre d’accompagner la dépouille de l’assuré décédé, jusqu’au lieu d’inhumation au Maroc.

Conclusion

Nous citoyens d’origine marocaine, nous sommes vraiment gâtés, nous devons être bienheureux et fortunés car on est très bien encadrés et très bien accompagnés. Après les ambassades et les consulats qui sont là à notre service, il y a les banquiers, les amicalistes, les prédicateurs, les promoteurs immobiliers et les pompes funèbres pour nous aider, nous accompagner, nous encadrer et veiller sur notre bien-être, notre félicité sur terre et notre soulagement pour l’au-delà.

Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 24 août 2008

A ce propos Dounia News