Dépêches
Accueil » Sarie Abdeslam » Islamophobie

Islamophobie

Wikipédia : L’islamophobie se définit étymologiquement comme la peur ou la crainte de l’islam, mais le sens a été déplacé vers la notion d’une « hostilité envers l’islam et les musulmans ». La définition de ce mot, né dans la première moitié du XXe siècle, varie suivant les milieux et les périodes. De nombreuses divergences quant à son origine existent, et certains y voient une manipulation sémantique visant à empêcher toute critique de l’islam. La presse francophone, ainsi que des institutions et des organisations internationales de lutte contre les discriminations, utilisent le terme pour désigner un phénomène de stigmatisation sociétal à l’encontre des musulmans.

En résumé, aujourd’hui l’islamophobie veut dire tout simplement, des actes, des actions ou des démarches hostiles commis par des extrémistes de tout bord contre l’Islam et les musulmans européens. Au fond il fat le reconnaître c’est une définition un peu trop simpliste et simplificatrice. Malheureusement, cette définition clef sur porte répond exactement à ce que l’on veut que l’islamophobie soit. Les détracteurs ainsi que les défenseurs commis d’office seront ensemble d’accord pour admettre ce fatalisme qui touche seulement et uniquement une seule religion et qui cible une seule frange de la population pour mieux l’isoler, l’écarter et enfin la culpabiliser de tous les maux de la société. Chacun des antagonistes y trouve son compte. Au fond l’islamophobie comme le racisme est un piège à double tranchant, qu’on soit d’un côté ou de l’autre c’est un combat de poules mouillées. Le trophée est une maigre consolation. Certains occidentaux, bon gré mal gré, ignorants ou simples d’esprit tombent facilement dans le piège à slogans avec des formules magiques qu’on répète à longueur des journées et qu’on apprend par cœur comme des perroquets. Mais cela peut servir aussi comme une thérapie d’occupation, un labeur de longue haleine qui ne rapporte rien mais qui peut satisfaire des personnes sans grande imagination. Pour les islamistes, les intégristes, les radicalistes ainsi que les défenseurs exaltés et victimaires, sans réfléchir et, sans raisonner ni regarder à droite et à gauche foncent aveuglement droit dans le piège pour soit disant combattre ceux qui offensent leur religion. Tout ce beau monde se retrouve ensemble dans ce piège exigu ou chacun essaye d’en sortir indemne tout en piétinant les autres malheureux infortunés.

Tout d’abord il est important et primordial de rappeler que, ne jamais répondre aux provocations, quelles qu’elles soient est notre leitmotive. Surtout aujourd’hui avec la facilité étonnante de l’utilisation des réseaux sociaux il y a toujours des imbéciles, à tort et à travers, appellent à des manifestations pour n’importe quoi et, malheureusement il y a beaucoup de jeunes naïfs qui répondent présents sans réfléchir sur les éventuels débordements. Faire de tels appels ne coûte rien aux auteurs mais peut coûter très cher à la société, à notre communauté et au vivre ensemble. L’informatique et l’internet sont des moyens sophistiqués formidables et des créations extraordinaires pour communiquer, informer et s’informer. Malheureusement il n’y a pas de garde-fous, n’importe quel fanatique ou extrémiste peut en user et abuser. Dans ce vaste domaine d’une certaine liberté d’expression il faut être doublement attentifs et surtout très vigilants. En cas de doute il ne faut pas éviter un instant pour dénoncer les faux prophètes et les faux spécialistes qui prolifèrent à chaque occasion ou incident déplorable.

Manifester sur la voie publique est un droit constitutionnel mais ne s’improvise pas, il faut tout un travail de préparation et d’accompagnement avant, pendant et près la manif en question. Il faut impérativement prévoir une planification précise et détaillée dans le temps et dans l’espace, un groupe de pilotage et de coordination pour assurer le suivi. Pour garantir le succès d’une telle initiative il faut forcément faire participer d’autres associations et organisations et éventuellement les institutions et les autorités locales. Il faut auparavant tracer un parcours et le soumettre aux autorités compétentes pour avoir l’aval de la police et les autorisations nécessaires pour manifester. Il faut également avertir les pompiers et la croix rouge. Il faut préalablement préparer un document pour expliciter les objectifs et les buts à atteindre, décider du contenu des slogans pour éviter la récupération et les débordements. Il faut un service d’ordre pour assurer la bonne marche du cortège. La dislocation est le moment le plus propice pour que les casseurs s’engouffrent et le risque est élevé pour que certains participants au cortège soient entrainés par ces récupérateurs minoritaires certes mais très dévastateurs. Nous avons vécu de tels scénarios à Bruxelles dernièrement et les Gilets Jaunes en France en ont eu de très mauvaises expériences. Surtout il ne faut pas s’attendre à des résultats immédiats, vous serez déçus, en France les gilets jaunes manifestent depuis six mois déjà et on ne voit pas encore la fin du tunnel, en Belgique les écoliers manifestent tous les jeudis mais rien ne bouge vraiment concernant le climat, c’est dommage.

Ceci étant dit revenons à notre sujet, l’islamophobie. Tant que nous n’avons pas encore intériorisé la culture du vivre ensemble, de la fraternité, de la diversité, du respect d’autrui, de la liberté des cultes, de l’acceptation de la différence, les concepts de l’islamophobie, du racisme et de l’antisémitisme, ont de baux jours devant eux.

Heureusement les extrêmes droites en Europe ne sont pas unies pour prendre en mais les rênes du pouvoir en Europe. Ils sont arrivés au pouvoir dans plusieurs pays mais n’arrivent pas à asseoir leur légitimité. Les extrêmes droites sont toutes gangréné par la corruption. Ci-dessous je vous donne deux exemples pour illustrer le vrai visage de ces nouveaux leaders populistes.

En Autriche : le pouvoir vacille après une vidéo sur l’extrême droite : http://bit.do/eSKSv

Un très proche de Salvini au cœur d’une affaire de corruption : http://bit.do/eSKSQ

De l’autre côté il y un peu d’espoir et beaucoup de volontarisme. La France et la Nouvelle-Zélande lancent l’« appel de Christchurch » contre le terrorisme en ligne : http://bit.do/eSKP7

Les géants de la Tech et une vingtaine de pays signent l’Appel de Christchurch… pas les Etats-Unis : http://bit.do/eSKPv

Espérons que cet élan de bonnes intentions aura des répercussions positives lors les prochaines élections européennes. Pour rappel, en Belgique le dimanche aura lieu les élections doubles, pour le parlement européen et pour le parlement belge. Votre participation est plus que souhaitée. Surtout ne votez pas pour Fatima ou pour Mohamed, évitez le vote communautariste. Votez sur le parti ou la personne susceptible et capable de défendre nos intérêts, entre autres, les salaires et les pensions. Chaque fois avant les élections c’est la saison des promesses. Informez-vous avant de voter et votez utile. Chaque vote compte, surtout pas d’abstention. Que les meilleurs gagnent.

Enfin, pour plus d’infos sur l’islamophobie je vous propose la lecture du livre de Philippe d’Iribarne, “Islamophobie : intoxication idéologique”, publié chez Albin Michel. http://bit.do/eSKUx

Sarie Abdeslam

Bruxelles, le 23 mai 2019

A ce propos abdeslam