Dépêches
Accueil » 2007 » Développement du Nord

Développement du Nord

Tanger Grand Socco

Au lendemain de son intronisation, S.M. Mohammed VI fait du Nord une de ses priorités; ce Nord dont les habitants furent, durant longtemps, désignés en « Oulad Sbeliones » pour les Jbalas, et « M’sakhets Essoultane » pour les Rifains ; un Nord marginalisé, oublié et mis durant près de trois décennies, pour ce qui est de Tanger, entre les mains de mafieux, locaux et centraux, qui ont dévalisé cette ville, l’ont déboisée, se sont emparés de ses sites archéologiques, naturels et historiques et qui ont même été, Ô combien vandales ! jusqu’à déverser dans sa belle plage urbaine, une parmi les meilleures du monde, toute une rivière de porcheries et de poisons, condamnant ainsi sa corniche, qui défiait en un moment « la Promenade des Anglais » de Nice, à se convertir en une aire logeant et abritant la pègre et la débauche de tous genres.

Aujourd’hui, avec l’intérêt et l’attention, particuliers, du souverain pour le Nord, justice a été rendue à cette région du Maroc qui, désormais, connaît un élan de développement sans précédent ; projets d’envergure, grands chantiers, assainissement, ouverture vers l’investissement, réhabilitation et embellissement de nombreux quartiers. Il y a certes des fautes qui accompagnent ce boom, tels que le rasage de quelques bois, l’enterrement définitif de quelques sites archéologiques et autres historiques, ou encore, la spoliation de terres où vivaient des villageois, de père en fils, depuis des siècles.

On ne peut pas tout avoir et le développement entraîne inévitablement ce genre d’écarts et de violations, partout dans le monde et pas seulement chez nous, sauf que chez nous les proportions ont tendance à être démesurées.

Tanger Bab El Fahs

Mais avec toute cette bonne volonté, tout ce mouvement, tous ces milliards, tous ces efforts, le Nord se développe t-il réellement ? C’est quoi le Nord au juste ? Une région tout court ou une région et ses habitants, une région et ses PME, une région et ses artisans ; une région et sa culture spécifique ?

Si ce développement ne vient pas à l’aide de l’entreprise régionale malade et fragile pour lui permettre de participer, d’avoir sa part de marchés, s’il n’emploie pas la main d’œuvre de la place, doit-on parler du développement du Nord ou du développement des mastodontes casablancais dans le Nord ? Il y a une nuance.

On nous parle de compétence, de savoir-faire, de qualification, de professionnalisme et ça se justifie ; ça se justifie du fait que le Nord ayant été marginalisé et laissé à son compte, il n’a pu trouver les moyens et les outils adéquats pour la formation de ses techniciens et de ses cadres en matière de gestion et de management. Et donc faire venir de Casablanca ce tout dont le Nord ne dispose point est indispensable, impératif et légitime. Cependant, il est inadmissible de faire venir un gardien de chantier, un manœuvre, un chauffeur, un brouetteur, un transporteur, etc.… d’ailleurs, à moins que l’habitant du Nord ne soit un fainéant né, comme le disent les embaucheurs qui préfèrent recruter dans les lointaines régions où règnent la sécheresse et la pauvreté et où le travailleur engagé accepte toutes les conditions. Et même quand le transporteur ou autre fournisseur de services ou de marchandises, ne répond pas aux conditions requises dans les appels d’offre, le logique serait que les banques, puisqu’il s’agit de développement du Nord, ouvrent leurs portes à qui veut s’équiper sachant que la région Tanger-Tétouan a, au moins, pour une vingtaine d’années de chantiers et donc de marchés.

Bien évidemment les banques préfèrent traiter avec les développés, les puissants, avec, en quelque sorte, les partenaires.

Devant cet état de fait, on se retrouve en droit de se poser la question : Développe t-on réellement l’entreprise du Nord, l’agence de services du Nord, le citoyen du Nord qui a été, très longtemps, obligé de vivoter en faisant appel à la contrebande, à la culture du cannabis et à la prostitution?

Mrini Mohamed
Tanger, le 8 novembre 2007

A ce propos Dounia News