Dépêches
Accueil » Sarie Abdeslam » Binationalité et patriotisme !
boulaouane
boulaouane

Binationalité et patriotisme !

passeport belge
passeport belge

La naturalisation belge n’a pas été spontanée et n’a pas été programmée dans les salons ou les coulisses. Au contraire au début des années septante il y avait même de la réticence et de la mauvaise compréhension. Généralement on ne voyait pas l’utilité de se naturaliser et on se sentait plus attaché à la nationalité marocaine. La naturalisation n’a jamais fait l’objet de discussions dans nos différentes sphères sociales ni dans nos associations. Une anecdote, lors de ma naturalisation, début des années septante, l’Imam de ma commune m’a traité de traitre à l’Islam et à notre pays d’origine. Dix ans plus tard le même imam est venu chez moi pour l’aider à introduire une demande de naturalisation. Nous avons ri ensemble et il m’a dit pour se justifier « Je fais ça pour mes enfants », je me rappelle très bien j’ai ajouté, pour le réconforter « Mais aussi pour des raisons de commodités administratives et la facilité de circulation».

Pour moi il ne faut pas se justifier, c’est la loi de l’immigration. Tôt ou tard la majorité des pionniers se naturalisent. Pour les descendants la question ne se pose même pas ou plutôt autrement. « Devons-nous garder la nationalité de nos parents et grands-parents ? »

Passeport marocain
Passeport marocain

Si la Belgique me demandera un jour d’abandonner la nationalité marocaine alors j’abandonnerai la nationalité belge et, si le Maroc osera un jour me demander d’abandonner ma nationalité belge alors j’abandonnerai la nationalité marocaine. J’aime mes deux nationalités et j’y tiens beaucoup. En Belgique je me sens entièrement Belge et j’en suis fier, je n’ai qu’une identité, l’identité belge. Pendant mon séjour au Maroc, je me sens entièrement Marocain, avec ma fierté et ma dignité, aussi avec une identité marocaine, un permis de conduire marocain. Ça me convient confortablement de vivre ma double allégeance au Roi des Belges et au Roi du Maroc. Ce n’est en aucun cas contradictoire mais complémentaire.

Par contre, mes enfants et mes petits-enfants ont le loisir de choisir leurs propres parcours et c’est la loi de l’immigration qui s’imposera, l’histoire nous l’a fait comprendre, on n’y peut rien on doit s’adapter et savoir vivre avec. En Belgique, nos futurs descendants seront sûr et certains des citoyens belges à part entière et sans aucun doute avec une et unique allégeance. L’histoire le prouvera.

Constitutions du Royaume du Maroc
Constitutions du Royaume du Maroc

Entre-temps, on peut être patriote loyal envers le Maroc qui en a grandement besoin de nos devises et de notre know how et on peut en même temps demeurer loyal à la Belgique qui a besoin de nous pour sa démographie et la construction de son bien-être. Pour nous la question n’a aucune raison d’être posée : « La double nationalité n’est pas problématique mais complémentaire et une richesse pour les deux pays ». Avec nos liens ici et là-bas nos deux pays ne peuvent que sortir gagnants, une opération Win-Win qu’ils ont conclue ensemble en 1964. (Accord bilatéral d’échange de main-d’œuvre entre la Belgique et le Maroc http://bit.ly/2PPvWYR)

Pour le bon sens et la transparence, le binational doit choisir un et unique pays pour s’y installer définitivement ou provisoirement sans pour autant s’installer en même temps dans les deux pays. En même moment le binational doit garder le droit de revenir s’installer définitivement ou provisoirement sans aucune contrainte et avec les mêmes droits que ses compatriotes autochtones.

Les binationaux ne sont pas des citoyens de papier ni de citoyens de secondes zones, et certainement pas de traitres. Les binationaux ne sont pas des citoyens privilégiés, car ce sont des circonstances atténuantes qui les ont obligés à devenir belges. Malheureusement nous avons des adversaires et des détracteurs ici et là-bas qui, pour des raisons politiques ou autres pensent autrement.

En 2018, les États membres de l’UE ont octroyé la nationalité à 670.000 personnes, parmi eux les Marocains formaient le plus grand groupe de nouveaux citoyens (67.200 dont 84% ont obtenu la nationalité espagnole, italienne ou française) devant l’Albanie et la Turquie selon les données d’Eurostat. https://bit.ly/3dWvNNJ

Droit de vote

Je vous rappelle que, pour les élections communales on n’a pas besoin de la nationalité belge pour y participer. Seulement pour les élections fédérales et européennes la nationalité belge est exigée. Je vous rappelle aussi qu’en Belgique on n’a pas le droit de vote mais l’obligation de vote. En ces moments beaucoup de politiciens pour des raisons électorales et des calcules on pourra instaurer en Belgique le droit de vote.

Concernant la protection sociale, salaire, indemnités, chômage, pension, naturalisé ou pas, en principe rien ne change. La seule grande différence est pas la moindre, la sécurité sanitaire ici en Belgique et au Maroc. On ne peut pas comparer, il y a une très grande différence entre la qualité des soins en Belgique et ceux du Maroc. Durant leur séjour au Bled les binationaux ont horreur de tomber malade, moi y compris. Conseil, si jamais vous tombez malade au Maroc, prenez immédiatement le premier avion et retournez vous faire soigner en Belgique auprès de votre hôpital, de votre spécialiste ou bien auprès de votre médecin traitant, n’hésitez surtout pas, partez le plus vite possible. Jusqu’à preuve du contraire, la qualité des soins et des hôpitaux au Maroc laisse à désirer. Même le secteur privé reste un secteur sanitaire très pauvre à tous les égards. Personnellement j’ai visité plusieurs hôpitaux au Maroc et à chaque fois j’ai eu la chair de poule, j’avoue, j’ai vraiment peur de ces sortes d’hôpitaux. Actuellement les prisons marocaines sont plus hospitalières. Par exemple, actuellement à cause du Covid-19 les Marocains de l’intérieur évitent à tout prix les hôpitaux parce qu’ils croient que ce sont les lieux de la mort. Fake news pour certains réalité amère pour d’autres.

Patriotisme

En Belgique on dit souvent « loin des yeux loin du cœur ». Nous avons été traité de tous les pastels. Non patriote, traitre, fuyard, nos travailleurs à l’étranger, les Marocains résidents à l’étranger et dernièrement les Marocains du monde. On nous a aussi traités de rougeole à cause de la plaque minéralogique belge. Pendant les vacances on nous accuse de l’augmentation des prix des denrées alimentaires en particulier. Lors d’accidents de route on nous accuse de ne pas savoir conduire comme les Marocains de l’intérieur. Depuis la pandémie beaucoup de citoyens de l’intérieur nous accusaient d’importer le coronavirus.

Dans le cadre du logement je cite :

« La liste des victimes de spoliations immobilières au Maroc s’allonge : https://bit.ly/2Fchmb6 ».

Un problème très grave est récurent au Maroc, beaucoup de nos compatriotes ont été victimes de spoliation et de corruption, surtout dans le domaine du logement. Des milliers de cas sont encore en instance dans les différents tribunaux du royaume du Maroc. Et pourtant nous avons largement prouvé notre patriotisme et notre solidarité avec le peuple marocain lors des différents tremblements de terre au Rif, plus particulièrement celui de 2004. De toute l’Europe argent et matériel divers ont été acheminés par des milliers de camions et de camionnettes pour les distribuer aux milliers de victimes qui allaient affronter l’hiver.

« Le Rif a connu ces dernières années une multiplication de secousses sismiques. Pour rappel le séisme de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter qui avait dévasté la région d’Al Hoceima en 2004.faisant plus : https://bit.ly/3lWkRDC »

Patriotisme, parlons-en !

Premièrement et avant tout, nous n’avons pas besoin de leçons de patriotisme de quiconque que ce soit. Depuis le début les années septante nous avons travaillé comme des fourmis. Par milliers, par centaines de milliers nous avons traversé des pays européens avec des camionnettes, des remorques et des voitures chargées au maximum pour les distribuer aux proches, aux voisins et aux nécessiteux un peu partout au Maroc. Depuis les années septante nous avons fait de la coopération au développement pour aider proches et familiers. A ce moment là aucun gouvernement ne parlait de la coopération au développement. Ensemble, solidaires avec nos proches et nos familiers, en tant que patriotes nous avons pratiqué à la lettre la coopération au développement de notre cher pays d’origine. Malheureusement on nous a jamais renvoyé l’ascenseur. Les gouvernants successifs n’ont connu qu’un sens unique sans se soucier du moindre du monde de ces millions de fourmis pendant que la cigale dansait et chantait.

Nous avons épargné de l’argent dans les banques marocaines installées en Europe. Nous avons régulièrement envoyé de l’aide familiale à tous nos proches. Nous avons acheté un appartement, une maison, un terrain à bâtir, un terrain agricole. Nous avons transféré du know-how, créé des petites et moyennes entreprises créant de milliers d’emplois. Nous avons rempli et respecté notre contrat envers notre pays d’origine ainsi qu’avec notre pays d’accueil. Que voulez vous de plus ?

Nous parler de patriotisme est une vraie insulte. Le patriotisme nous l’avons démontré preuve à l’appui, mais il doit être à double sens, ce qui n’a jamais été le cas pour nous. Nous avons attendu pendant des décennies en vain, aucun geste, mais des promesses à la pelle, des montagnes de mensonges et des blabla. Personnellement en cinquante années d’aller et retour Belgique Maroc je n’ai jamais reçu une petite bouteille d’eau minérale, Sidi Ali ou Sidi Harazem, ni Boulaouane comme souvenir.

 sidi harazem

sidi ali

Instituteur école primaire Sidi Issa à Beni Mellel
Instituteur école primaire Sidi Issa à Beni Mellal

Pire encore, c’est une première que je ne l’ai jamais raconté à personne, j’ai fait l’École Normale d’instituteurs à Tanger et j’ai travaillé pendant trois ans en tant qu’instituteur, un an à Beni Mellal et deux ans à Tétouan. Jusqu’à présent, après ma pension,  le Maroc refuse toujours de me payer ma symbolique pension de la période que j’ai travaillée au Maroc. Plus gave encore, l’Office national belge des pensions a écrit plusieurs fois aux instances marocaines sans jamais recevoir de réponses. J’ai même contacté le service marocain de tutelle au Maroc en vain, j’ai moi-même envoyé la copie des lettres envoyées par l’Office national belge des pensions, en vain. Suis-je sanctionné ? Suis-je discriminé ? Suis-je exclu du droit à la pension ? Jusqu’à aujourd’hui, ni l’Office belge ni moi avons reçu la moindre réponse, eh pourtant le Maroc a signé un accord bilatéral avec la Belgique concernant la sécurité sociale. Dans mon cas c’est le Maroc qui ne respecte pas les conventions bilatérales Belgique Maroc concernant la sécurité sociale. C’est honteux de la part de mon pays d’origine.

Convention-sécurité-sociale-Belgique-Maroc
https://bit.ly/3mgZQ6L
ARRANGEMENT ADMINISTRATIF relatif aux modalités d’application de la Convention générale sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Royaume du Maroc.
https://bit.ly/2ZuT8QD

J’adresse mes questions à tous les responsables marocains, aux services diplomatiques et consulaires, aux ministres, aux parlementaires, aux partis politiques, aux syndicats, aux intellectuels, aux soi-disant spécialistes et experts des MRE et des MDM, aux différentes institutions de tutelle, à l’Office marocain de la sécurité sociale où est votre patriotisme envers nous ?

Emiliano Zapata
Emiliano Zapata

Le nôtre a été maintes fois démontré preuves à l’appui. Il est même possible de le chiffrer. Démontrez-nous le vôtre. Faites nous savoir, faites nous voir le geste nécessaire, concret, papable, audible, visible que vous nous avez entendu, que vous nous avez compris car comme l’amour, le patriotisme aussi est à double sens. Notre communauté a lancé des milliers de SOS et de cris d’alarme. Emilio Zapata a dit “Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux. (Origine de la citation en espagnole : « Es mejor morir de pie que vivir toda una vida arrodillado »). Nous avons notre dignité et nous n’allons jamais nous mettre à genoux et vous supplier pour nos droits légitimes et légaux.

Le temps des promesses, des mensonges et du blabla est révolu.
Il est temps d’actes et rien d’autres que des actes, pas de débats ni d’enquêtes, des vrais actes et rien d’autres. Le temps presse, il sera bientôt trop tard. Rira qui rira le dernier.

Nous avons attendu plus d’un demi-siècle déjà, en vain, devons-nous attendre encore un demi-siècle ou plus ? Autrement dit, nous avons perdu cinquante ans à attendre pour rien, devons-nous perdre encore cinquante ans à attendre. Vous devez intérioriser une fois pour toutes que, le sens unique et le vrai sont le suivant :

Vous avez eu besoin de nous
Vous avez encore besoin de nous
Vous aurez toujours besoin de nous

A bon entendeur

Sarie Abdeslam
Sarie Abdeslam

A ce propos abdeslam