Dépêches

ADULTERE

Deux ténors d’un
Mouvement islamiste marocain
impliqués dans une affaire  d’adultère

adultèreLes deux protagonistes, Moulay Omar Ben Hamad, marié, père de sept enfants  et professeur des études islamiques à la faculté des lettres de Rabat, et  Fatima Nejjar, veuve et mère de six enfants, ont été pris en flagrant délit de rapport sexuel, le 20 août 2016 par les éléments de la police à proximité  de la plage d’El Mansouria (région de Mohammedia, nord de Casablanca), à  bord d’un véhicule Mercedes E220.

Les mis en cause, membres importants du « Mouvement pour l’Unification et de  la Réforme – MUR » ont été présentés le lendemain de leur arrestation devant  le parquet, qui a ordonné leur poursuite en liberté, fixant la date de leur  procès le 1er Septembre prochain.

Ben Hamad, en tant que membre de « l’Union Mondiale des Ouléma Musulmans »  et du secrétariat général de « La Ligue des Ouléma AhlAssounna ». Qualités  qui l’érigent en émissaire privilégié du « Mouvement pour l’Unification et  de la Réforme » lors des missions de prédication à l’étranger, notamment à  l’occasion du mois de Ramadan.

Il est également connu comme étant le ‘principal promoteur’ de l’association  dite « Dar Al Coran » créée le 14 Février 1996 à Mohammedia, dédiée à  l’apprentissage du Coran aux enfants. Il a également officié, en tant que  khatib de la prière du vendredi. A savoir aussi que Ben Hamad jouît d’une  grande notoriété au sein du « MUR » en tant que responsable de la  prédication, et qu’il anime des prêches aussi bien au siège central dudit  mouvement au profit des membres de la jeunesse du Parti de la Justice et du  Développement, que dans les quatre régions du « MUR » à l’échelon du  Royaume, pour encadrer les adeptes de ce mouvement.

Pour sa part, Fatima Nejjar qui a la réputation d’être une prédicatrice  connue, compte à son actif, d’innombrables causeries religieuses diffusées  sur « YouTube ».

Ce scandale vient démystifier leur discours moralisateur et leur propension  à s’ériger en garant de l’ordre moral, en mettant à nu la vertu de façade,  d’où cette mouvance islamiste tire un prestige indu auprès de la société,  dès lors que les mis en cause sont connus comme étant deux cadres confirmés
du « Mouvement pour l’Unification et la Réforme » au sein duquel ils  assument, respectivement, des postes de responsabilité (1er et 2ème  vice-président).

Naïma Moghir