Dépêches
Accueil » 2018 » Une victoire méritée

Une victoire méritée

Il s’agit de la lutte de 848 «Chibanis» (mot arabe qui désigne les personnes âgées avec des cheveux blancs) marocains qui a abouti après plusieurs années de combat contre la SNCF française. C’est vraiment comme je l’ai plusieurs fois écrit le pot de fer contre le pot de terre. Au fond il s’agit de la discrimination structurelle de l’Etat français contre des ouvriers marocains, les plus faibles des faibles. Un Etat qui prétend être le champion des droits de l’homme et de la démocratie laisse une société telle la SNCF pratiquer une discrimination et une ségrégation est plus que lamentable. Des ouvriers marocains ont travaillé pendant des décennies avec leurs collègues français, faisant le même boulot, souvent le plus pénible, le plus dangereux et le plus insalubre, pourtant ils étaient tous brutalement et injustement discriminés à cause de leur origine avec des salaires amoindris par rapport à leurs collègues au sein de la SNCF. Finalement, le mercredi 31 janvier 2018, la Cour d’Appel de Paris a condamné l’opérateur français du rail.

Ce n’est pas une victoire, c’est le couronnement d’un long combat d’un groupe de marocains qui ne demandaient que justice soit faite. Par contre, c’est une grande défaite pour l’Etat français et pour la SNCF qui ne voulaient à aucun moment reconnaître leur pratique ségrégationniste. Aujourd’hui, la discrimination en matière de salaire et de retraite a été reconnue et les victimes doivent regagner leur dignité mais surtout le dédommagement du préjudice moral, préjudices des salaires et de la retraite. Les victimes et leurs familles ont été soulagées après plus d’une décennie de combat acharné contre une société monstre sans scrupules, sans vertu et sans moral. Après une procédure longue et difficile les plaignants ont eu finalement gain de cause. C’est événement très important qui a abouti positivement d’une histoire cruelle, tragique et pénible qui restera à jamais dans les anales de l’histoire de la communauté des Marocains du monde.

Ces Chibanis ont démontré majestueusement leur combat juste, leur solidarité, leur acharnement, leur patience, leur union, leur fraternité et leur collaboration. Le combat de ces Chibanis est une leçon pour tous les syndicats européens et marocains, une leçon pour tous les citoyens d’origine marocaine. Leur victoire contre le pot de fer qu’est la société des chemins de fer est un exemple pour le monde entier et peut servir comme école et jurisprudence pour d’autres cas de discrimination telles la non reconnaissance de beaucoup de maladies professionnelles. Pour moi en tant que syndicaliste, une telle victoire est une grande satisfaction, une jouissance et une réjouissance de l’aboutissement d’un combat syndicaliste et le résultat quand l’union fait la force. Des ouvriers marocains, faibles parmi les faibles, avec un statut précaire, sans qualification, sans soutien des pouvoirs publics, avaient une chance sur mille de gagner une lutte et un combat contre un adversaire particulièrement fort, robuste et solide avec des moyens colossaux, avec une petite armée de juristes et d’avocats spécialistes et avec le soutien de l’Etat français, mêmes les syndicats français donnaient peu de chance à une victoire.

Heureusement leurs avocats, Me Clélie de Lesquen-Jonas, n’ont pas manqué d’arguments. La discrimination des Chibanis était la suite logique de l’histoire coloniale marocaine. Les avocats ont insisté que cette discrimination était structurelle, organisée consciemment, dans un cadre statutaire certes mais illégal, arbitraire et délictueux en désormais  préjudice à un public ciblé à cause de leur origine.

Les Chibanis marocains ont demandé 628 millions d’euros de dommages et intérêts sans les soins de santé et sans les dommages moraux. L’aboutissement d’une longue bataille judiciaire qui a duré une douzaine d’années. Nos Chibanis ont obtenu finalement gain de cause et leur ancien employeur la SNCF qui a été condamné pour discrimination, auparavant par les prud’hommes en septembre 2015. Ils ont ainsi obtenu pour chaque Chibani une indemnisation de 269 000 euros. Plusieurs fois condamné la SNCF a fait appel plusieurs fois pour traîner en longueur et en durée la plainte des Chibanis qu’elle a toujours contesté et qu’elle a finalement pris acte de la décision de la cour d’appel de Paris.

Tout en sachant que, leur contrat stipulait noir sur blanc «le cheminot doit recevoir, à travail égal, une rémunération égale à celle de l’ouvrier français». Mais la SNCF a fait abstraction au contrat, n’a pas respecté ses engagement, n’a jamais permis ces ouvriers à tout faire une quelconque promotion ou une amélioration de leur statut. Ils ont travaillé et vécus dans un déni de droit flagrant avéré incontestablement et manifestement discriminatoire. Ce n’est ni la loi ni les règlements de travail, ni les ministres de tutelle, ni les comité syndicaux, ni les centrales professionnelles des cheminots n’ont pu rectifier cette injustice vis-à-vis de nos Chibanis. C’est finalement la justice qui a tranché et a fait valoir les droits inaliénables des cheminots marocains.

Finalement comme un journal l’a écrit « La justice française n’a pas déraillé » que vous pouvez lire à l’adresse suivante : https://goo.gl/zgiXJs. En tout cas la nouvelle a été largement répercuté en France, en Europe, au Maroc et ailleurs. Ce qu’il ne faut pas oublier, qu’à côté des marocains il y avait aussi des Tunisiens et des Algériens qui ont vécus la même histoire dramatique d’injustice et de discrimination. Cet heureux dénouement, attendu depuis plus d’une décennie, après le déni de droit, la

Sarie Abdeslam

spoliation, la ségrégation ont en effet obtenu gain de cause auprès de la justice française dans l’affaire qui les opposait à la SNCF et c’est ça qui est le plus important.

Sarie Abdeslam


Documents en annexes :


I. Contrat des Chibanis :

Contrat Chibanis
Contrat Chibanis

II. Droit à la différence :
http://sncf.droit-a-la-difference.org/

III. Discrimination des Chibanis de la SNCF :
https://mail.telenet.be/service/home/~/?auth=co&loc=fr_FR&id=277780&part=2

IV. La SNCF discrimine les Chibanis :
https://mail.telenet.be/service/home/~/?auth=co&loc=fr_FR&id=277780&part=4

A ce propos abdeslam